Index de l'article
-Paris - Buenos Aires - Ushuaïa-
-Arrivée en Antarctique-
-Le marathon-
-Détente et découverte-
-Patagonie et pampa-

 

 

JOUR 8 : Lundi 26 Février

 

Le marathon...Le matin c’est l’inquiétude car le vent s’est très nettement renforcé et la mer est houleuse. Mais les zodiacs finissent tout de même par nous embarquer.

A 9 heures, c’est le départ ! Et c’est incroyablement difficile : froid, neige givrée,  vent glacial, parcours invraisemblable (mais absolument superbe) mais heureusement mes vêtements et chaussures en gore-tex font merveille !

GlacierDes côtes et des descentes très raides dont un glacier de plus de 1200 m avec une pente à 17% à gravir et descendre 2 fois, des rochers sous la neige, pas plus de 2 km de plat en tout mais sur des galets et le tout avec un temps infernal !

J'ai glissé  sur une plaque de glace et me suis étalé à plat ventre dans la neige sans trop de dégâts sauf pour ma montre mais mon camarade allemand Harald par exemple a eu moins de chance et est tombé dans un trou d'eau caché par la neige et est trempé. Vous imaginez son calvaire !

Se changer dans le froid...Et à l’arrivée, il a fallu se changer sous les pilotis des bâtiments russes en plein vent. Je ne pouvais même plus mettre mes gants tellement j'avais froid ! J’ai terminé à peu près à la moitié du peloton (79ème sur 145 classés) -mais aussi pas mal d'éliminés par l'organisation et d'abandons en raison des conditions particulièrement difficiles cette année-, La course...avec un temps un peu inférieur en définitive à 6 heures (5h57'47'') et dans ces circonstances, j'en suis tout à fait satisfait !

A noter aussi une quarantaine de semi-marathoniens , et parmi eux quelques scientifiques "locaux" chinois, uruguayens et russes. Ces semi-marathoniens sont aussi renforcés par les candidats au marathon La course...qui décident d'eux-même d'en terminer là ou ceux qui sont empêchés d'aller plus loin car passés à mi-course hors délai comme Ludmila, une vaillante slovaque de la région de Zilina qui possède à son actif plus de 120 marathons et compte la bagatelle de 75 printemps !

Indiscutablement le marathon (mais en est-ce vraiment un, au sens classique du terme ?) est de loin le plus difficile de ma "carrière". Et pas seulement parce que je vieillis ! Heureusement que j'étais dans un meilleur état de fraîcheur qu'à Sydney !

7 continents, ça se fête !Le soir nous avons fêté notre 7ème continent avec 4 autres marathoniens. C'était sympa. C'est marrant les USA, très cosmopolite ! j'étais avec 2 hommes d'origine indienne dont un chirurgien qui m'a posé plein de questions sur la politique en France, un couple d'origine russe et aussi un virginien venu de Beyrouth qui adore la France, tous démocrates. Par contre quand j'ai parlé de faire un marathon à Cuba, Andrew, républicain convaincu et très pince-sans-rire, m'a dit que le seul endroit "à peu près correct" à Cuba, c'était... Guantanamo !

 

JOUR 9 : Mardi 27 Février

Antarctique

Ce matin le programme est plus reposant mais aussi magnifique : une longue balade en zodiac le long de la péninsule avec ses icebergs bleus détachés de  banquise, sous un soleil timide et sans vent. Et deux magnifiques baleines qui nagent à quelques mètres de nous.

C'est certain qu'il fait sans doute un peu frais dans le coin pour y passer ses vacances, mais c'est sans aucun doute l'un des plus beaux endroits de la planète !

Le soir nous tombons dans le surréalisme absolu : un barbecue réunissant les occupants des deux navires était prévu chez nos amis du Ioffe, l’autre bâtiment. Et bien, il n'a pas cessé de neiger de la soirée, la viande et les pommes de terre étaient froides dans les assiettes au bout de 30 secondes mais ça ne dérangeait manifestement personne. Les bananes au chocolat recouvertes de neige en guise de chantilly en un rien de temps non plus. Dommage ,j'avais oublié mon appareil photo, mais Harald a mitraillé la scène car il pensait que personne à Munich ne le croirait s'il racontait cela sans preuve et que ses amis penseraient qu'il avait bu ! Par contre les baleines nous font à nouveau un véritable show autour du navire ! Photo souvenir avant la fin du voyage...Sinon, les gens commencent à s'échanger les adresses e-mail, et on sent bien qu'on se rapproche de la fin du voyage.

Enfin, il y en a tout de même 111 qui vont courir le Marathon "Fin del Mundo" à Ushuaïa dès mardi prochain soit huit jours après celui de l'Antarctique ! Une anecdote qui ne m'inspire guère : mon camarade de chambre a chaviré en kayak cet après midi dans une eau à zéro degré !

 



 
 
Image