MARRAKECH 2004

Marrakech 2004Après LOUXOR en 2002, l’opportunité m’est donnée de courir un deuxième marathon sur le sol africain, à MARRAKECH.

La ville est agréable  et l’idée d’y courir me plaît bien.

Je regrette tout de même que le circuit évite la superbe place Djama El Fna , mais le parcours est tout de même sympathique car après un départ très quelconque situé sur une grande avenue, nous rentrons dans la médina aux murs rouges accueillis par les cris des enfants et les "youyous" des femmes , puis dans l’immense palmeraie.

Le parcours est roulant et l’ambiance sympathique, jusqu’au 15ème kilomètre qui voit les semi marathoniens nous abandonner  ! Et jusque vers le 20ème où nous en retrouverons quelques-uns, j’ai parfois des sentiments de grande solitude.

De plus les quinze derniers kilomètres sont moins agréables, car une fois sortis de la palmeraie où nous courons souvent à l’ombre, le circuit rejoint de longues routes à quatre voies, longues plates et monotones en plein soleil. Donc la fin de parcours n’est pas  exceptionnelle et je dois reconnaître que je « pioche » pas mal .

Je bois longuement un ou deux verres d’eau à tous mes ravitaillements mais Christian n’aura pas cette chance et devra finir l’épreuve "à sec" à partir du 25ème kilomètre.

A l’arrivée pas de médaille. On m’explique que les organisateurs préfèrent les envoyer par la suite aux coureurs, car chaque personne qui a participé de près ou de loin à l’organisation en réclame une avec véhémence. Je la recevrai effectivement quelques semaines plus tard.

Le reste du séjour près de Ouarzazate , près du site du mythique « Marathon des Sables » remporté plusieurs fois par notre ami Bernard Gaudin nous fera très vite oublier ces quelques problèmes, tout comme le couscous offert plus tard par un autre membre de notre future association « Courir Entre Les Lignes », Joël Coué, le vice-président des Chamois Niortais également en vacances dans le Royaume .

MarrakechMarrakechMarrakech

Pour en savoir plus sur le marathon de Marrakech...

 
 
Image